LA MARCHE – LES PIEDS – Le bon sens des pieds (3)

      0   –   1   –   2   –   3   –   4   –   5     

Comportement des pieds en courant

Quand on court, les pieds s’alignent spontanément au sens de déplacement. Chercher à courir en canard ou en pigeon n’est pas très efficace. En canard, les pieds s’écartent spontanément de l’axe de déplacement à chaque enjambée,…

… tandis qu’en pigeon, ils tendent à se poser dessus.

Deux manières possibles de courir, mais qui fatiguent vite.


      0   –   1   –   2   –   3   –   4   –   5     

Contre-pied possible des rotations

Quelques pages avant, nous avons vu que la rotation latérale du pied entraînait celle de la jambe entière. Or, dans les marches présentées jusqu’ici, certaines oublient la règle. En voici un exemple.

Dans les deux ci-dessus, la seconde est une variante de la première.

La règle est respectée pour la première, non pour la seconde.

L’aviez-vous perçu ?

La seconde est fausse mais plausible, et semble plus souple que la première. C’est un truc que suggérait Richard Williams, « casser » une articulation au cours du mouvement, et voir ce que ça donne.


      0   –   1   –   2   –   3   –   4   –   5     

Conclusion

Dans de précédents chapitres, nous avons vu l’effet sur une marche de l’allongement du pas. C’était une première manière de caractériser une marche par les pieds, en les éloignant dans le sens du déplacement.

Dans celui-ci, nous avons joué sur l’écartement ou le croisement des appuis,…

… sur leur orientation, autant en l’air qu’au sol,…

… sur tous ces paramètres à la fois,…

… ceci, tout en ajustant la durée relative entre phases d’amorti, d’aplat et de propulsion. Tous ces ajustements ayant un effet sur la posture du corps, on peut dire que, pour bien juger d’un marcheur, on commence par observer ce qu’il fait de ses pieds.

Le lecteur attentif sait désormais en quoi la question des pieds ne se réduit pas aux strictes nécessités de réception et de propulsion. Le pied en dit aussi long sur l’esprit de son propriétaire qu’un brushing sur l’avenir d’un coiffeur. Sortir sans ses pieds quand on a des jambes, c’est comme oublier sa tête quand on a un chapeau ou son rouge quand on a des lèvres.

Sans compter que leur bon usage soulage du soucis d’avoir à éviter les myopes, remarque qui n’aurait pas sa place dans un traité d’animation si elle ne répondait au problème posé en début de chapitre.

Faut suivre, un peu.

FIN DU CHAPITRE

© Christophe Clamaron 2023

error: Contenu protégé.