Les bonnes années d’antan

A une époque, je faisais des dessins de bonne année. Un jour, j’ai arrêté. J’ai tenté pour 2023 de m’y remettre , rien à faire. Plus l’goût.

Pourtant, c’était rigolo.

En cliquant sur le dessin, vous tomberez sur d’autres.

Étude n° 29 – Décomposition d’un ballant

 » (…) Déphaser de 1/8ème, de 1/4, de 1/2 période un segment du bras sur celui qui le précède, c’est évident pour l’animateur sur logiciel qui fait glisser ses courbes de rotation le long d’une barre de temps et voit l’effet immédiat sur sa poupée virtuelle. Pour l’animateur papier, de tels déphasages se traduisent en extrêmes qu’il doit savoir choisir. (…) »

Lu dans le chapitre « Clefs de bras« 

Étude n°28 – Si l’ocelle oscille

– Ça recommence! Encore une monstruosité à traumatiser les gosses! C’est tout ce que vous avez à proposer avant les fêtes?

-Calmez-vous. Il s’agit seulement d’un schéma animé montrant l’évolution du déphasage du ballant du bras relatif à un mouvement vertical de…

– Arrêtez avec votre verbiage technique! Je sais parfaitement reconnaitre huit pattes qui piquent d’une araignée en train de tisser sa toile vénéneuse!

– Ce ne sont pas des pattes, mais les huit phases nécessaires pour animer une oscillation, dont on peut observer le…

– Le point jaune, qui monte et qui descend, ce n’est pas un ocelle?

– Un quoi?

– L’œil de l’araignée! Celui qui me regarde, chaque nuit, m’empêchant de m’endormir doucettement sous ma couette!

Étude n°27 – Les deux bouts du problème

« (…) L’animateur de marionnettes virtuelles, (…) dispose d’outils lui permettant d’animer un personnage, soit en faisant tourner les segments sur leur pivot, laissant leur seconde extrémité adapter leur position, soit en déplaçant ses extrémités, laissant les articulations adapter leur rotation. C’est la différence entre cinématique avant et cinématique inverse. »

Lu dans le chapitre « Déphasage des segments« 

– Je savais que finiriez par y venir. À votre âge, c’est plus raisonnable.

– Venir à quoi?

– A la cinématique inverse! Vous ne pouviez pas continuer à caler vos pieds au sol avec vos pauvres petites courbes Bézier.

– Je m’entends très bien avec mes courbes Bézier. Je cite des principes d’animation, c’est tout. A mon âge, j’ai le droit de faire de la cinématique inverse sans outil de cinématique inverse.

– Revendiquer son droit quand on ne sait pas faire, un classique!

– Mon pauvre petit, vous n’avez pas dû souvent admirer de belles courbes. Je me trompe?

– C’est intime comme question. Quel rapport?

– Avec l’âge se joint au plaisir d’admirer le désir de comprendre.

– Pour perdre son temps à tripoter des courbes? Très peu pour moi.

– C’est intime comme révélation.

En griffonnant mon tableau blanc, j’ai retrouvé…

– Qu’est-ce que tu fais là?

-Je ne sais pas, c’est toi qui…

– Moi rien du tout. Je testais mon marqueur.

-…

– Un café? Il est chaud.

– Une autre fois, avec plaisir.

Je me trompe sans doute, mais je l’ai sentie sourire. J’ai souri en retour, puis, de peur de l’impatienter, j’ai effacé mon tableau blanc.

 

 

Étude n°24 – Réflexion sur la flexion et l’inflexion

– Vous allez jusqu’à demander qu’on fasse la différence entre flexion et inflexion?

– Rien de bien compliqué. Une flexion accentue une courbure, tandis qu’une inflexion l’inverse, c’est à dire que la courbe vire tantôt à droite, tantôt à gauche.

–  … !

– Vous semblez troublé.

– Autrement dit, quand un gouvernement infléchit sa position, on doit s’attendre à ce qu’il passe d’une politique de gauche à une politique de droite, ou inversement. C’est ça?

– Laissez-moi réfléchir…

 

error: Contenu protégé.