PETITES BÊTES – Le mille patte (9)

      (…)      8   –   9   –   10   –   11   –   12   –   13   –   14            

Formation des boucles

Rien n’autorise de suspecter le mille patte de passer son temps à se les croiser. Mais il existe un moyen d’y parvenir, que nous montrerons plus loin. Quoi qu’il en soit, les boucles qui en résultent sont intéressantes à observer.

Les boucles que l’on voit se former dans une trajectoire d’extrémité au delà d’un certain décalage de cycle apparaissent parce que les pattes se chevauchent. Cela ne dépend pas seulement de leur décalage, aussi de leur espacement. Sil est trop grand, aucune boucle ne se forme.

 

A priori, la limite entre trop et pas assez, c’est l’amplitude du pas. En fait, il faut considérer l’amplitude totale du mouvement d’une patte, qui ne correspond pas nécessairement à l’empattement au sol.

Vous trouvez l’exemple excessif? Vu le nombre de mille-pattes qui parcourent la planète, il doit bien y en avoir un qui connait…

… la « marche papillon » !

On dit que l’avantage du mille patte, c’est son équilibre. Les statistiques sont pourtant formelles, on n’a jamais vu de mille patte funambule.

error: Contenu protégé.