LES PIEDS – Généralités (4)

←      0   –   1   –   2   –   3   –   4   –   5   –   6   –   7   –   8   –   9   –   10   –   11   –   12     

Hauteur du pied levé

Voici le croquis d’un gosse à qui on a demandé de dessiner une phase de marche pied levé. L’animation suivante respecte à peu près la hauteur.

Cette marche n’est pas impossible, mais ce n’est pas non plus la plus naturelle. C’est le problème, avec les gosses. Ils dessinent ce qu’ils comprennent, non ce qu’ils observent.

Quand ils imaginent un pied levé, ils voient un vide dessous. Ce n’est pas faux, mais le vide auquel ils pensent sans y penser est d’abord celui sous le talon. Non seulement ils l’exagèrent en dessinant la pose, mais ils en font la hauteur de la pointe du pied. Or, celle-ci ne monte pas si haut.

Observons une marche plus classique.

Comparons les trajectoires du talon et de la pointe. A gauche, celles du cycle développé, à droite, celles du cycle sur place.

Selon l’inclinaison du pied, le point le plus haut de la plante est le talon (A – phase de passage, arrière du mouvement), ou la pointe (C – phase de contact, avant du mouvement). Entre ces deux extrêmes, le pied passe par une phase médiane horizontale (B), très proche du sol.

Marcher demande un effort que l’être humain tend à réduire au maximum. Pour porter le pied en avant, il le soulève juste de quoi en décoller la  pointe. Celle-ci frôle de si près le sol que la moindre aspérité est un risque de catastrophe.

Lever haut les pieds est un signe extérieur d’effort et de bonne volonté. Les tire-au-flanc font illusion en dressant les pieds à la verticale, levant au maximum le talon tout en frôlant au plus près des sols sécurisés.

La nature ne nous a pas fait égaux de naissance. Berthe, femme de Pépin, ne pouvait utiliser l’astuce sans racler le sol.

Autre cas remarquable, le spécimen de huit ans. Celui-ci semble marcher comme tout le monde, genoux qui monte et talon en l’air pendant l’enjambée. Regardez bien ses pieds. Ils ne décollent jamais du sol. Il est en train de bousiller ses baskets.

Vu le prix de la paire, on entrainera sa bonne volonté en lui imposant des marches d’obstacles, …

… et on s’assurera par le dessin qu’il a compris le sens de l’effort.

error: Contenu protégé.