LES BRAS – Clefs de bras (2)

      0   –   1   –   2   –   3   –   4   –   5   –   6   –   7   –   8   ()     

Ballants symétriques

Les premiers ballants étudiés dans ce dossier étaient symétriques et ne tenaient pas compte du mouvement de l’épaule. Ils comprenaient trois segments égaux, le déphasage du troisième sur le second valant celui du second sur le premier. On produit ainsi des ondulations régulières aux courbes segmentées.

Une ondulation requiert normalement 8 phases. Toutefois, si on admet un extrême à chaque inversion de rotation d’un segment, il faut en retenir au moins trois à chaque extrémité du ballant. Entre ces extrémités, disons que l’on ajoute au mouvement deux phases à l’aller et deux au retour, cela en fait dix en tout.

Pour des cycles aussi simples, on pourrait se contenter de moins. Par exemple, les tangentes latérales du mouvement guident les sommets de courbes (articulations) en avant et en arrière. Sur trois extrêmes servant à inverser le mouvement, on pourrait en retirer un.

Inversement, les extrêmes ne suffisent pas toujours à rendre compte du mouvement. Les trajectoires et leur graduation sont alors primordiales pour une interpolation correcte (schéma 1/8).

Note

Dans ces exemples, le troisième segment peut sembler un peu long pour faire une jolie main. Il suffit d’imaginer que celle-ci tient une grande cuillère. En la déphasant de la même manière que l’avant bras, elle finit par produire un mouvement contradictoire pour un ballant: elle prend de l’avance sur l’avant bras, non du retard. Là encore, on sauve l’affaire en imaginant qu’elle donne des coups de pinceaux à 1/4 de période, ou bien qu’elle qu’elle touille une soupe à 1/3 de période, ce qui n’est pas très pratique quand on marche, il faudra le lui dire. A 1/2 période, le bras dit non du doigt, ce qui n’est pas interdit. En animation, tout est valable si on sait ce qu’on fait.

error: Contenu protégé.