LES BRAS – Généralités (1)

     0   –   1   –   2   –   3   –   4   –   5   –   6   –   7   –   8     

Préambule

Le membre supérieur est comparable au membre inférieur à maints égards. Les deux disposent du même nombre de segments en retard les uns sur les autres, et subissent une contrainte analogue : le genoux empêche la pliure avant de la jambe, et le coude, la pliure arrière du bras. Les deux sont désynchronisés en général de 1/2 période, d’où leurs mouvements inverses.

On pourrait donc partir du même modèle de membre pour coller des jambes et des bras à un tronc. Ceci dit, le personnage obtenu conviendrait mieux à  un quadrupède qu’à un être humain.

Au delà de leurs similitudes, la jambe, élément porteur, doit gérer son appui au sol, tandis que le bras, prêt à faire n’importe quoi, reste ballant. Cette différence de fonction a produit une différence de dimensions. Quand on laisse pendre les mains, elles ne dépassent pas la moitié de la cuisse. Quant au tronc, si on le replie, jambes tendues, sur les membres inférieurs, la tête n’atteint pas les pieds.

Ces observations n’effrayeront pas l’animateur, dont le respect ou non de la longueur commune des bras dépend de son bon plaisir. Seule compte pour lui crédibilité du mouvement, qu’il obtient en adaptant le rythme de ce dernier aux proportions des membres.

Seul point non négociable de ce chapitre: il traite de marches symétriques.

error: Contenu protégé.