LE TRONC – Pentes, courbes et vrilles (8)

      0   –   1   –   2   –   3   –   4   –   5   –   6   –   7   –   8   –   9     

Pentes

Un coureur sérieux a le tronc à peu près vertical. Il n’y a que dans les phases d’accélération qu’il le penche nettement en avant ou en arrière, lors d’un départ ou d’un arrêt, par exemple.

Il faut également envisager une bascule du tronc en cas d’appui long, les variations de vitesse qui en résultent nécessitant des réactions d’équilibrage.

Comme d’habitude, le contrepied du principe est autorisé.

error: Contenu protégé.