L’ART DE LA COURSE – Cadence et vitesse (1)

      0   –   1   –   2   –   3   –   4   –   5   –   6   –   7   –   8   –   9   –   10   –   11   –   12     

Préambule

Cycle en 8 phases  –  24 p/s

La cadence n’étant pas la vitesse, on peut augmenter l’une sans toucher à l’autre, du moment que l’on ajuste en fonction la longueur du pas. Cependant, nous avons vu avec la marche que, plus on augmente la cadence, plus il est difficile de faire de grandes enjambées. Si, par exemple, on se contente des huit phases principales d’un cycle, la cadence sera de six pas par seconde. Faire long  en 1/6ème de seconde, c’est un exploit.

Un exploit devant lequel ne recule pas l’animateur. Pour lui, un mouvement rapide de grande amplitude ne pose que des problèmes de continuité visuelle, qu’il résout par des flous de mouvement.

Avant de se rabattre sur ce genre d’effets, on peut chercher un équilibre entre le nombre de phases et l’amplitude du mouvement. De ce point de vue, modifier la cadence n’est pas sans effet sur la vitesse.

Cycle en 8 phases  –  24 p/s

Faire six pas en une seconde est une performance dont seuls sont capables les personnages burlesques de dessins animés, les héros surpuissants de films en images de synthèse, ou les insectes de nos jardins. Avec ses 5 foulées /seconde, Usain Bolt les fait doucement rigoler.

error: Contenu protégé.