DRÔLE DE DRAGON

– Quoi encore? Vous n’allez pas encore me dire que j’ai mis trop de pattes à mon dragon !
– Pas du tout. Je me demande seulement s’il avance ou s’il fait du sur place.
– Ça change quoi ?
– S’il avance, la mèche a un retard excessif sur la tête.
– Vous n’auriez rien dit, personne n’aurait rien vu.
– C’est bien ce que je disais. Vous êtes prêt à montrer n’importe quoi!

Ici intervient un dragon pour rappeler que les dragons n’existent pas, et qu’on peut donc leur mettre autant de pattes qu’on veut. Sur le retard de la mèche , il ne se prononce pas.

C. Clamaron

DRÔLE D’OISEAU

Le cinéma d’animation a très vite su comment faire voler un être humain. C’est pourquoi, quand on pense à toute cette théorie très complexe pour faire voler des avions, peut-être faut-il rester humble. D’autant que, rappelons-le, certains s’écrasent…

C. Clamaron

PIN UP et BEACH BOY

Pour ceux qui n’y croyaient pas, démonstration de la nature corpusculaire et ondulatoire de l’être humain.

 

MÉDUSE NOCTURNE

– Avouez, vous en avez bavé. On sent que vous cherchez votre trait. Et puis, vous ne me la ferez pas! Les animations finales ne collent pas à vos constructions.
– Pourquoi êtes-vous méchant ?
– Je ne suis pas méchant. Par ailleurs, apprenez qu’une méduse a, au moins, cinq tentacules.
– Comme les étoiles de mer?
– Les étoiles de mer ont des bras. Votre bestiole, on peut au mieux en faire un trèfle en bouclant ses tentacules pour en faire des pétales.

Ici intervient un trèfle pour préciser que, hormis quelques vantards, les trèfles n’ont que trois pétales, et qui demande qu’on le note quelque part.

C. Clamaron

COMME UN DESSIN ANIMÉ..

Ces deux séquences sont l’occasion de rappeler que l’animation ne consiste pas à reproduire un réel immédiat, mais à réinventer le mouvement (avis aux débutants qui se filment dans leur garage en supposant obtenir ainsi des poses “naturelles” qu’ils pourront décalquer).

L’animation, c’est d’abord du dessin. Même quand elle est dansée…

C. Clamaron

L’ÉTOILE DE PIEUVRE

– Pour animer une pieuvre, c’est facile. On anime plein d’ondulations qui tiennent dans des trompettes, et on les colle ensemble.
– Plein, c’est vite dit. Votre pieuvre a cinq pattes. C’est donc une étoile de mer.
– Peut-être, mais une étoile de mer qui s’agite comme une pieuvre, c’est une pieuvre.
– Mais une pieuvre a huit pattes!
– Comme les araignées ?
– Absolument. Tandis qu’une étoile de mer en a cinq, comme les moutons.

Ici intervient un mouton pour souligner que les pieuvres et les étoiles de mer n’ont pas des pattes mais des bras, et qui affirme n’avoir pas cinq pattes mais quatre. Comme les trèfles.

C. Clamaron

 

BRONSON LE LUCANE

Pour d’autres photos, cliquez sur celle-ci!

Si le criquet égyptien accueilli en octobre 2020 est une dame, ce que ne laisse supposer son imposante taille, ce lucane, qui a évité de justesse l’écrasement sous un pied,  est un monsieur bien bourru aux imposantes cornes. Entré clandestinement dans les lieux, il refuse de montrer ses papiers, malgré les soins accordés. Surnommé Bronson, il est nourri de bois mort et de pommes un peu flétries en attendant son retour imminent à la nature. Sa durée de vie annoncée étant de 1 mois environ, on a bien envisagé de le garder pour ses vieux jours. Mais, ne sachant si l’information est aussi fiable que pour Julie la criquette, on finit par se méfier…

C. Clamaron

Julie la criquette se porte toujours très bien. Elle en est à … bientôt 9 mois!

DROIT DE MÉMOIRE …

Abraham 'Iris' I

Tout le monde connait airbus, boeing ou tupolev, comme s’il était banal d’en avoir un dans son garage. Mais qui se souvient de l’Abraham ‘Iris’ I, dont la production, française, a tout de même été assurée pendant presque deux ans, de 1930 à 1931, époque où les ailes étaient en toile, et où l’huile moteur giclait sur les masques, les rendant déjà obligatoires pour monter à bord?

Le site AviaFrance, créé par Bruno Parmentier, est une mine d’or pour les férus d’aéronautique.

C. Clamaron

ON NE NOUS AVAIT PAS DIT ÇA…

Julie, mystère scientifique.

Cette criquette devait tenir 5 mois, elle en est au 6ème. Qu’en faire? Doit-on garder la mémé, doit-on l’euthanasier? Le budget salade est de loin dépassé, on ne sait qui va payer.

Sautant avec aisance d’une planchette à une autre dans son panier aménagé, Julie se moque bien de nos états d’âmes. Elle a dû deviner qu’on ne vire pas comme ça un criquet connu dans tout le quartier.

C.Clamaron

LA LONGUE VIE DE JULIE

Nous avions déjà annoncé son âge avancé, nous annonçons qu’il est dépassé.

Cette fois, soit la science revoit sa copie quand elle prétend que le criquet égyptien ne vit que 4 ou 5 mois, soit notre Julie d’adoption s’accroche à la vie comme une moule à son rocher. Le 22 mars, elle passait le cap de 5 mois de vie en maison d’hôte. Comme elle s’est fait connaitre adulte, elle est donc probablement une respectable centenaire (relativement à l’être humain), mais qui s’étire les pattes chaque matin comme une jeune fille et dévore ses repas avec l’avidité des premiers jours.

On peut donc affirmer qu’elle se porte bien.

C. Clamaron